Le Château - Culture

Le château, ou manoir d'Aigueblanche, trône au milieu du village. Ancienne maison forte de la fin du XIIIe siècle.

Le voici en photo :

chateau face
chateau profil

Au Xe siècle, Richard Curt, ancêtre de la famille des Briançon, possède une résidence pacifique, à « Aque Clare », rive droite de l’Isère, là où le village s’est peu à peu développé, communiquant avec la voie romaine par un pont de bois, aujourd'hui pont du Bourgeaillet.

La seigneurie d'Aigueblanche est donné en fief, en 1202, à Gérald (†1260), un cadet de la maison de Briançon, qui reçoit le titre de vicomte de Tarentaise.

Mais le contrôle de l’accès à Moûtiers, par le nord, oblige Aigueblanche à se fortifier. Une maison forte est érigée, à la fin du XIIIe siècle, et le bourg fortifié; un village de maisons construites en tuf, remplace les vieilles cabanes en bois, et, se retranche derrière de robustes murailles dont quelques vestiges sont encore visibles aujourd’hui.

En 1306, Pierre II de Briançon-Aigueblanche, fils d'Aymon et neveu de Pierre d'Aigueblanche, rend hommage au comte Amédée V de Savoie. Ce dernier lui donne l'ordre, en 1308, de remettre le château à Cerronnet, fils de Pierre Villien.

Au XIVe siècle, Léonette de Briançon-Aigueblanche, dernière représentante du nom, l'apporte en dot à Hugues de Montmayeur, faisant passer les possessions et titres des Briançon-Aigueblanche, vicomtes de Tarentaise, à la puissante famille de Montmayeur, qui le conserveront jusqu'au début du XVIe siècle.

En 1547, Pierre-Louis de Beaumont-Carra en rend hommage au roi de France.

En 1559, Nicolas de Montmayeur hérite du mnoiret fait probablement réaménager le vieux château de l’évêque d’Herford. Fenêtres à meneaux et plafonds à caissons lui donne alors un style moins austère. De son mariage avec Claudine de Chevron Villette naîtra un fils, Gaspard qui sera le dernier représentant de la lignée.

En 1639, Guillaume-François Carron (†1677), seigneur de Saint-Thomas, issue de la vieille famille de Cur ou de Cors, en reçoit l'inféodation. En 1680, la seigneurie est érigée en marquisat au profit de son petit-fils Charles-Victor-Joseph de Saint-Thomas.

Entre 1716 et 1784, les paysans de la vallée d’Aigueblanche achètent les droits féaudaux sur l’élevage, les cultures, le bois et les vignes, détenus par l’archevêché et la noblesse.

En 1743, l’occupant du manoir d’Aigueblanche, le baron du Verger de Saint Thomas de Cors, repousse les troupes constituées de miquelets du comte espagnole Acquaviva. Ce dernier surprend les troupes sardes du général baron en passant par les crêtes au-dessus d’Aigueblanche. Après de violents combats les troupes sardes se replient sur Aoste, abandonnant la vallée d’Aigueblanche au pillage par les espagnols.

Monsieur Ancenay sera propriétaire du manoir de 1884 à 1901.

(Sources et liens Wikipédia)

Publié le Lundi 13 Mai 2013 à 08:58