Finances municipales - Finances

LES FINANCES MUNICIPALES

POINT DE SITUATION A FIN 2014


Malgré le désengagement financier constant de l’Etat sur les Collectivités territoriales, les dépenses de la commune restent pleinement maîtrisées.

En effet, cette année encore, la Mairie doit contribuer au Fonds de Péréquation Intercommunal et Communal (FPIC) à hauteur de près de 115 000 € (69 000 € en 2013, soit une augmentation de 60 %). L’objectif de ce Fonds est de prélever une partie des ressources de certaines intercommunalités et communes pour la reverser à des collectivités moins favorisées dans le pays.

En parallèle, les dotations de l’Etat versées chaque année, notamment la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF), ont régressé de plus de 35 000 € en un an pour Aigueblanche.

C’est la raison pour laquelle nous devons sans cesse guetter la moindre économie possible pour palier à ce manque de ressources et faire face à la crise qui touche de plein fouet les collectivités. Mais afin de ne pas céder au pessimisme national, nous continuons à faire avancer les investissements primordiaux pour notre commune et prévus dans notre programme électoral, et cela sans hausse des taux des impôts locaux depuis de nombreuses années. Les travaux de la Maison de la Santé progressent rapidement. Le coût total de l’opération ne devrait pas dépasser les deux millions d’euros, comme cela était prévu à l’origine. Ce projet est fondamental et rayonnera sur l’ensemble de la vallée, afin de palier à la carence de professionnels de santé sur le secteur.

Concernant le budget de fonctionnement, nous pouvons citer pour exemple les charges de personnel : elles représentent 31,86 % de notre budget, alors qu’elles représentent en moyenne 42,88 % du budget des communes équivalentes à la nôtre.

Enfin, nous pouvons faire un bilan financier de la réforme des rythmes scolaires, imposée par le Gouvernement pour la rentrée 2014 / 2015. Celle-ci, très difficile à mener pour une collectivité comme la nôtre (3 groupes scolaires sont concernés), a été mise en place du mieux que possible. Cela a conduit à recruter une dizaine d’intervenants extérieurs. Bien que la gratuité ait été actée cette année pour les élèves de maternelle, une participation financière pour les élèves des écoles élémentaires a été sollicitée sur la base de 50 € pour toute l’année scolaire (soit 0,70 € par séance, sachant que dans chaque groupe scolaire, les élèves peuvent participer à 2 séances par semaine). Ce montant est loin de combler le coût de cette réforme pour notre commune, qui offre déjà aux parents un service de garderie (matin, midi et soir) totalement gratuit. Le coût du service de restauration scolaire quant à lui comble très difficilement le prix payé annuellement par la collectivité à notre prestataire (la Société SODEXO… ), et ceci sans compter les frais de personnel communal, d’entretien des locaux, etc…


Publié le Samedi 18 Avril 2015 à 14:31